Étape Sanfloraine 2019

Comme depuis plus de 10 ans, la cyclosportive l’Etape Sanfloraine a donné rendez-vous ce week-end pour deux épreuves. Le samedi soir c’est un CLM en bosse qui ouvre le bal. La montée chronométrée Christian Rouffiac accueille toujours quelques coursiers ou participants voulant se mesurer au chrono. A ce jeu, c’est Anthony Cheyton, un spécialiste des montées chronométrées qui va s’imposer à sa grande surprise.
Mais ce qui nous concerne est la journée du dimanche avec la cyclosportive et ses trois parcours proposés. Ceux-ci inchangés depuis plusieurs années :

  • Le cirque de Mallet, 57 kilomètres pour 1072m de D+
  • Les Gorges de la Truyère, 109 kilomètres (épreuve du Trophée Passion) pour 1824m de D+
  • L’Étape Sanfloraine, 146 kilomètres (épreuve du Trophée Passion et du Label d’Or) pour 2585m de D+

La sous-préfecture du Cantal propose le départ dans la ville basse et l’aire d’arrivée dans la ville haute après une montée de plus d’un kilomètre. Les 3 parcours partent en même temps avec un départ fictif d’un gros kilomètre. Ensuite le peloton se dirige vers le Viaduc de Garabit (construction Eiffel) pour un enchainement de routes « mal plates » (pour reprendre l’expression utilisé sur France TV cet été). En effet les 40 premiers kilomètres sont identiques à ceux empruntés par le Tour de France lors de la 10ème étape.
Si le parcours du cirque de Mallet tourne peu après le 30ème kilomètre, le moyen et le grand restent ensemble encore un bon moment. Il faut avouer que ceci peut « fausser » un peu la course du fait de se retrouver avec des coureurs qui n’ont « que » 109 kilomètres a effectué. Mais à l’avant les hommes forts ne vont pas s’en plaindre au contraire.
En effet côté course, peu avant Chaudes-Aigues un petit groupe de 10 coureurs semblent former « la bonne ». Parmi ceux-ci seulement 2 coureurs du moyen. Mais la sortie de la cité thermale va opérer une sélection sous l’impulsion de Stéphane Cognet. Ce dernier en forme après ses deux derniers week-ends victorieux et tenant du titre (vainqueur en 2018, et 2017) impose un gros rythme. Au sommet, ils ne sont que 4 à l’avoir suivi. L’entente est tout de suite bonne. Il ne reste plus qu’un coureur du moyen parcours qui comprend très vite qu’avec ces costauds il s’assurera une victoire dès la bifurcation.
Et en effet peu après Pierrefort (kilomètre 74), Axel Bruget (VC Pays de Saint Flour) continuera tout seul pour s’imposer en 3h14 avec plus de 3’50 d’avance sur le groupe de contre.
Le quatuor de tête file en direction du plomb du Cantal où l’orage viens de balayer ce dernier. La route est encore mouillée par endroit et l’humidité se fait ressentir. Dans le col de la Griffoul, Stéphane continue d’imposer son tempo, les deux coureurs d’Issoire, Corentin Ville et Béranger Brosset, accuse un peu l’allure. William Turnes s’en aperçoit et décide d’accélérer. Les deux issoiriens lâchent prise, Stéphane le suis et le relais. L’enchainement Griffoul-Prat de Bouc est rapide, au sommet le duo de spécialiste des granfondos ont plus d’une minute d’avance. Stéphane va « guider » William sur les parties techniques et les difficultés du parcours et le double champion de France Master 4 les relais sur le plat.
À l’approche de la montée finale, la victoire ne peut plus leur échapper. Stéphane avoue à William qu’il a sa pédale cassée depuis les premiers kilomètres de l’épreuve et n’est pas en mesure de défendre son titre en cas de sprint. C’est donc à William que reviendra la victoire main dans la main avec Stéphane qui le félicite. Ils franchiront la ligne en 4h14’, les deux poursuivants à un peu plus de 6’.

Cette édition aura été marqué par l’absence de son parrain Bernard Hinault mais c’est un autre Champion de France qui sera mis à l’honneur lors de la remise des prix. Celle-ci s’est déroulé sous un soleil qui a enfin réussi à chasser les nuages gris et surtout l’averse orageuse qu’ont pris les concurrents arrivés après 13h30…
Si cette année, le chiffre record des 800 participants n’a pas été atteints, c’est certainement du aux conditions météos annoncées. Du côté de l’organisation, rien à redire, une équipe rodée, des ravitaillements bien fournis, une équipe de masseurs à l’arrivée et Cantal oblige, une truffade pour reprendre des forces après ces efforts.

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
%d blogueurs aiment cette page :