La marque américaine Giro nous avait déjà confié un de ses modèle de casque avant cet été, le Vanquish. Cette fois nous retrouvons un casque à l’ergonomie plus traditionnelle, le Cinder. Proposé et défini comme milieu de gamme, nous allons nous pencher sur sa technologie et ses différentes options.

Présentation

Au premier abord, le Giro Cinder ressemble à s’en méprendre au Synthe. Or le prix entre l’un et l’autre varie presque du simple au double ! En revanche il dispose aussi de la technologie MIPS. Pour rappel cela signifie : Multi-directional Impact Protection System. Déjà vu sur plusieurs casques, cela permet de mieux absorber les chocs et de répartir les impacts multidirectionnels.
Côté ventilation, le Cinder n’en est pas avare avec 26 ouïes et une technologie interne appelé Wind Tunnel.
A l’extérieur, nous retrouvons une coque rigide et à l’intérieur une coque en EPS issue de la technologie In-mold polycarbonate. Mais c’est plus à l’intérieur que ce casque est intéressant. L’araignée de maintien interne est fixée sur la coque par des élastomères jaunes qui viennent s’étirer lors d’un impact. Cela associé au système MIPS permettent de réduire la force de l’impact de presque 40% !
Le serrage occipital se fait grâce au Roc Loc 5 qui est moins onéreux que le Roc Loc Air du Synthe. Les mousses internes sont antibactériennes et permettent d’absorber et d’évacuer la transpiration.
Quand au poids, ce Giro Cinder accuse un peu plus de 300gr pour la taille M, ce qui ne le classe pas dans la catégorie des casques « light ». A voir si cela sera pénalisant à l’usage.

Test routier

Comme évoqué précédemment, tout de suite dès la prise en main de ce casque, nous ressentons son embonpoint. Mais une fois sur la tête, le serrage se montre très facile et précis. Très simple, vous pouvez régler ce dernier d’une seule main, les sangles ajustés auparavant se clipsent aussi aisément. Pour le réglage en hauteur, il vous faudra aussi effectuer celui-ci avant de partir rouler. La jugulaire se montre peut-être un peu raide et pourra irriter certaines personnes. En revanche la fermeture est efficace, et son clips se fait aussi bien entendre que sentir.

Les aérations très nombreuses accentuent l’effet de venturi et ce même à faible allure. Les mousses internes font très bien leur travail. En effet, le casque ne fait pas mal au crâne, nous n’avons jamais senti celui-ci venir nous « taper » et ce même en usage gravel ! La transpiration est également bien absorbée, bien que sous fortes chaleurs à faible allure, dans un col par exemple, vous avez de la sueur qui coule sur votre visage. A noter que ces mousses peuvent se démonter et se laver.

Même après plusieurs heures de selle, le Giro Cinder ne s’est pas montré gênant ou contraignant. L’impression première d’un casque lourd se fait oublier par ses nombreuses aérations et son excellent maintien.

Conclusion

Pour nous, le Giro Cinder est un très bon casque pour tous ceux qui désirent les dernières technologies sans pour autant sacrifier une partie de leur budget. De ce fait nous avons un casque qui remplit un cahier des charges drastiques en terme de sécurité, certes un poids plus élevé que les modèles haut de gamme mais le Cinder se rattrape encore avec un choix de 6 coloris ! Certainement un très bon choix pour ceux qui débutent le vélo et qui ne peuvent pas s’accorder un gros budget en équipements.

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
%d blogueurs aiment cette page :