Heroïn, est une marque de vélo que nous vous avions présenté l’année passée avec une version HR.
Pour rappel, cette marque française haut de gamme a été créé Marc Simoncini. Ce dernier très connu dans le monde de la finance avec à son actif la création des entreprises suivantes : iFrance, Meetic, et Sensee (site d’optique à bas prix).
C’est donc avec un œil d’investisseur mais aussi de passionné de cyclisme qu’il avait imaginé ses vélos. Les premiers lancés en 2016 se sont tout de suite fait remarquer avec leur aspect futuriste. C’était Rémi Chenu (retrouvez son interview via ce lien : entretien avec Rémi Chenu) qui avait conçu ce vélo selon un cahier des charges précis. Depuis l’entreprise continu de développer ses vélos avec d’autres chercheurs.

Présentation

Un peu habitué à croiser ces vélos sur la saison de cyclosport grâce à la Brigade Heroïn Velosophe, le HR paraît plus familier. Mais d’autant plus que le test de l’Heroïn HR de l’an passé nous avait conquis. La version à disques est encore plus intégrée que la version étriers. Bien sûr nous retrouvons l’aspect balle de golf sur toutes les surfaces frontales qui sont directement « frappés » par l’air. Déjà démontré par des batteries de tests en soufflerie, les dépressions créées par cette structure alvéolée permettent une modification de l’écoulement de l’air avec un gain aérodynamique notable. Les chiffres parlent des gains sur le CX de près de 10 % et ce dès 20 km/h.
En revanche sur cette version équipée de freins à disques, les écopes des fourreaux de fourches n’existent plus. Pour rappel, ces derniers servent à évacuer les perturbations de l’air généré par l’étrier de frein avant.
Le cockpit reste identique visuellement, nous y reviendrons, à la version antérieure. L’intégration est encore parfaite avec les fils électriques, le programmateur du Shimano DuraAce Di2 et les gaines hydrauliques qui courent à l’intérieur du combo cintre/potence pour router ensuite dans le cadre.
Le support aluminium du compteur, dans notre cas un Garmin, est vissé sous le cintre. À noter qu’à l’achat vous précisez votre marque de compteur et vous aurez le support adapté.
Bien sûr, sur un vélo haut de gamme vous pouvez choisir votre largeur de cintre et longueur de potence. Le cockpit est fait en 3 parties ce qui permet ces réglages, à préciser avant achat. Si vous vous êtes trompés ou décidez de changer, vous pouvez vous rendre dans les centres de montages ou agréés réparation Heroïn.
Au niveau du serrage de la tige de selle, nous retrouvons un système qui se démocratise en termes d’intégration avec un serrage tampon sous le tube horizontal. Comme pour tous ces serrages, la clé dynamométrique est de rigueur sous peine de ne pas suffisamment serrer ou au contraire de casser les petits tampons de serrage.
Encore une fois, nous sommes sur du haut de gamme d’où le fait de retrouver un groupe complet DuraAce 9170 di2 Hydraulic. Au niveau des trains roulants, nous retrouvons une valeur sûre des DTSwiss PRC 1400 Spline 35 carbone à pneus. En revanche notre vélo n’était pas équipé en tubeless bien que les roues soient compatibles. Les pneumatiques Hutchinson Storm11 sans logo sont fabriqués exclusivement pour Heroïn.
Au final nous sommes sur un vélo à disques typé aéro avec un poids de 6,3 kg en taille M sans pédales !

Test routier

Comme de coutume nous enfourchons ce vélo sur nos routes cévenoles avec des parcours variés. L’effet aéro est une nouvelle fois très présent, l’Heroïn fend le vent et demande toujours à réaccélérer ! Mais son point fort est le fait d’être performant même à faible vitesse. Concrètement vous n’êtes pas obligé de rouler à 50km/h sur le plat pour ressentir les gains et tout le travail d’aérodynamisme de ce vélo d’exception.
Mais dès lors que vous embrayez la « plaque » et jouer du Di2 avec les mains au creux du cintre, vous vous prenez pour un véritable rouleur capable de tenir une puissance folle pendant des heures ! Attention à ne pas vous emballer tout de même… Ce n’est pas donné à tout le monde de rouler « à bloc » sur toute une sortie.
Notre parcours nous emmène sur une descente rapide avec un revêtement parfait. Très en confiance avec ces deux disques de 160mm, nous nous lançons à tombeaux ouverts dedans. La direction est très précise, il suffit d’inscrire l’Heroïn dans la courbe et celui-ci ira où vous voulez. Nous avons même eu la sensation qu’il accélère en milieu de courbe quand vous contrez correctement la force centrifuge, un des points fort des études en soufflerie qui se ressent directement.
Le freinage est puissant et souple à la fois. Attention aux novices de l’hydraulique car ce dernier demande un peu d’habitude pour éviter de bloquer les disques de manières intempestives. Les pneus du manufacturier français associés aux roues suisses s’harmonisent parfaitement et procurent un ensemble tournant excellent. L’inertie des  PRC 1400 Spline 35 se fait ressentir dès 25km/h et les Storm 11 un bon grip quel que soit la chaussée et la météo.

En montée, l’Heroïn s’emmène aisément au train. Le triangle arrière associé à la tige de selle en 27,2mm procure un certain confort. Sur les relances, le vélo est nerveux avec son avant « verrouillé » il incite à l’attaque. Le boîtier de pédalier encaisse très bien les accélérations et ne semble pas se déformer. Il ne bride pas le vélo mais oscille convenablement apportant une nervosité supplémentaire.
Nous avons effectué des sprints en bosses mais aussi sur le plat et nous avons observé l’agréable surprise que le cockpit est en effet plus rigide que les versions précédentes. Pour mémoire c’était un des points négatifs où le cintre semblait se tordre aux fortes sollicitations.
En revanche sur des raidards ou des pentes supérieur à 10%, l’Heroïn n’est plus votre allié ! Comme la majorité des vélos aéro, ceux-ci tolère mal les passages en hyper-force ou des montées raides avec une faible cadence de pédalage. De plus pour ceux qui aiment grimper un col les mains posés sur le cintre, la prise en main du combo de l’Heroïn n’est pas des plus agréables. Il vous faudra privilégier de grimper les mains sur les cocottes…

Déjà testé sur notre modèle HR de 2017, nous avons « colmaté » les alvéoles avec du scotch américains, cette fois au ressenti peu de différence. Sur les modèles à étriers, les ouïes étaient incroyablement efficaces où le fait de les avoir obstrués avaient modifié le comportement de l’Heroïn. Mais avec le freinage à disques et comme préciser sur notre présentation, ces dernières n’existent pas sur cette version. Mais l’aérodynamisme a été revu pour retrouver les mêmes appuis en version étriers ou version à disques.

Conclusion

L’Heroïn à disques est l’évolution de son HR avec un cintre plus rigide, une intégration encore plus poussée. Bien sûr vous avez toujours le cadre garanti à vie et le choix d’une déco spécifique. Attention sur ce point où le constructeur modérera les extravagants. De plus en plus de centre sont formés pour assurer un SAV et vous avez toujours la possibilité de renvoyer votre vélo si besoin. Le fait de ne pas vendre en grosse distribution permet de n’avoir qu’un seul monteur. De ce fait ce dernier se rappellera certainement de votre choix initial et de vos préférences.
Partenaire de plusieurs grandes épreuves cyclosportives, ils vous proposent des essais gratuits à ces occasions. Rendez-vous sur le site Heroïn-bikes.com pour plus d’informations.

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
%d blogueurs aiment cette page :