Première manche du challenge Cyclo’Tour Rotor, la Lozérienne cyclo est une épreuve ancrée dans le terroir. La commune de La Canourgue est aussi appelée la petite Venise lozérienne, mais en ce début de mois de mai 2019, c’est un vent glacial qui balaye les canaux. En effet dans la nuit la neige a fait son apparition sur les plateaux entourant la commune du départ.
Comme chaque épreuve organisée par LVO, nous avons deux parcours et deux départs distincts. Le premier aura lieu à 9h pour le long parcours « Aubrac » de 155 kilomètres et ses 2585m de D+ et le second « Causses et Gorges du Tarn » à 9h30 avec 105 kilomètres et 1720m de D+. Le froid a réduit le nombre de concurrents présents. En tout c’est un peu plus de 350 participants qui s’aligneront sur les deux parcours.

Image: Cyclo’Tour Rotor

En ce dimanche matin, je suis présent avec une envie de revanche ! En effet en 2017, avec des conditions climatiques extrêmes, j’ai dû abandonner transit de froid ! En 2018, je termine 3ème après nous être fait surprendre par le vainqueur qui a joué au « bluff ». Cette année je compte enfin ajouter cette belle épreuve à mon palmarès et ouvrir mon compteur 2019 !

Côté matériel, j’ai repris mon Officine Mattio Lemma sur-mesure, les dernières roues DTSwiss PRC 1100 monté en tubeless.
Contre ce froid glacial, je m’enduis de crème chauffante Embrocation Siamoise, un sous-maillot technique et bien sûr la tenue du team Granfondo France.
Cette course se gagne dans les 4h30, deux barres énergétiques, du durante en boisson d’effort et deux gels de chez On-Energy devraient suffire.

Sur la ligne de départ, je revois des bons concurrents mais amis. Tous ont froid, après les dernières consignes de sécurités, nous voici partis pour le premier col du jour (le plus haut, col du Trébatut 1100m). Un coureur va anticiper le pied avec quelques longueurs d’avance, puis le pack grimpe sous un tempo correct. Je me sens bien et reste aux avant-postes. L’écrémage se fait par l’arrière, vers le sommet le vent est violent et froid, la neige est présente sur les bas-côtés ! Nous ne sommes plus qu’une grosse vingtaine, je me chauffe un peu en prenant un relais plus appuyé, les jambes répondent bien.

Photo: La Lozérienne Cyclo

La descente va se faire en mode « prudence » avec le froid et les rafales de vent, personne ne tentera de faire un écart. Nous retraversons la Canourgue avec vent de dos, le col du Sabot sera grimpé aussi vent de dos. Pourtant certains tentent de faire exploser ce groupe, les plus faibles sauteront, mais déjà la plongée sur les magnifiques gorges du Tarn.
Dans celles-ci, le vent tourbillonne et la bonne quinzaine de coureurs restants opèrent bien. L’allure est plus à la décontraction et chacun en profite pour se ravitailler ou satisfaire un besoin naturel ! L’approche de Sainte Enimie va tendre le groupe. Dès le pied de la côte de Mijoule, les attaques fusent, la plus grosse sera celle d’un coureur du Team Vélo101, je saute dans sa roue et contre ! Le groupe a complètement explosé, je temporise d’autant plus qu’un athlète Bike-Vélo-Test est là ! Hélas un concurrent ne l’entend pas de la même manière et relance très fort, nous ne sommes plus que 3. Un dernier coup d’œil derrière, c’est fini ils ont abdiqué mais pour nous je sens que ce n’est que le début d’un calvaire…
A la sortie sur le causse, c’est un vent de face violent qui nous accueille et ce pour les 50 derniers kilomètres restants ! Heureusement nous nous entendons bien et les relais sont fluides. L’écart se creuse pour passer au-delà de la minute puis 2 minutes. Je sais que nous allons nous jouer la victoire !
La rampe de l’autoroute est idéal pour partir en solitaire, je l’attends sagement. Hélas vent de face, nous sommes scotchés, impossible de tenter ou de faire un écart. Le sprint sera inévitable… Je me prépare en seconde position, le coureur de Vélo101 me suit comme mon ombre. J’attends le petit rond-point pour démarrer… D’un coup la ligne d’arrivée (erreur d’attention !) je démarre trop gros, il déboîte et va s’imposer largement pour sa première victoire sur une cyclosportive.
Je me consolerai une fois de plus avec la victoire en catégorie d’âge…

Décidément, la Lozérienne Cyclo me résiste. Mais je suis tout de même satisfait des sensations et d’avoir obtenu ce résultat avec des conditions climatiques très froides, moi qui crains la pluie et le froid !
Merci aux partenaires qui sont à mes côtés pour avoir toujours du matériel de pointe, de la nutrition à la hauteur des demandes et sans qui, avec ces conditions aurait rendu tout résultat impossible !

Prochain rendez-vous en Suisse pour une nouvelle manche du Challenge Granfondo WorldTour.

               Retrouvez ci-dessous les différents classements scratch des deux parcours :

Classements scratch petit parcours La Lozérienne Cyclo 2019
Classements scratch grand parcours La Lozérienne Cyclo 2019

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
%d blogueurs aiment cette page :