Désormais une cyclosportive qui devient une classique dans le calendrier du début de saison, la Provençale Sainte-Victoire en est à sa septième édition. Celle-ci est supportée par l’AVC Aix et tous les membres du club officient bénévolement sur cette épreuve.

Crédit photo: @laprovencalesaintevictoire

Un petit village exposant est présent dans l’enceinte sportive du stade municipale avec Matériel Vélo, Bike’nConnect par exemple mais bien d’autres.
Week-end de Pâques, la météo est incertaine, « en avril ne te découvre pas d’un fil » est tout à fait la phrase du jour. C’est un fort vent d’Est qui souffle sur la Provence avec un ciel menaçant. Le départ et l’arrivée se font sur la piste d’athlétisme du stade d’Aix-en-Provence.
2 parcours chronométrés sont proposés avec deux départs différés :
8h30 pour la Velox 134kms et ses 1925m de D+
8h45 pour le 84kms et ses 1217m de D+

Les parcours partent en direction de la Sainte-Victoire avec une boucle dans l’arrière-pays varois pour la Velox (la côte d’Esparron inédite) sera la seule différence des tracés.
C’est un peu plus de 1000 coureurs qui sont attendus sur les deux parcours. Des sas sont mis en place afin que chacun puisse prendre place avant le départ.

8h30 : Départ fictif pour sortir de la ville et surtout avec les ilots directionnels et différents ronds-points qui rendent toujours ces départs dangereux. Une fois lancé, la course est tout de suite animée avec de nombreuses attaquent. Les nombreux coureurs élites présents mettent une grosse allure. Nous arrivons très vite au pied de la première côte, la côte de Saint Antonin. En cours d’ascension, plusieurs attaques, je reste vigilant et réponds seulement à quelques-unes. Au sommet un groupe de 5 coureurs partent en plein vent ! Doutant des capacités de ceux-ci et avec ce vent de face violent, je ne m’affole pas. L’écart grimpe malgré tout. Le peloton est encore très dense et nous roulons par à-coups. Mais après plus de 40 kilomètres de course, nous les reprenons. A peine le temps de respirer et déjà de nouveau des attaques. Et encore des coureurs présents dans la première échappée à nouveau à l’attaque !

Crédit Photo: SylvainSauvage13.com

Cette fois nous sommes sur une route large exposée au vent, qui va rouler ? Devant c’est un groupe d’une dizaine de coureurs qui va se constituer avec surtout des coureurs élites de l’AVCA mais aussi de Martigues. Je sens qu’il faut y aller et vite tenter de rentrer dans ce groupe. J’essaie mais en plein vent, je me retrouve plus à tirer un « bout droit » devant le pack que de rentrer tout seul ! Je me range et subi la main prise des clubs présents à l’avant qui font barrage. En effet nous roulons à 25km/h ! L’écart va vite atteindre plus de 3 minutes ! La côte d’Esparron montée à très vive allure permettra de combler quelques dizaines de secondes. Nous sommes désormais sur le retour avec le vent favorable. Je sais que devant un groupe bien constitué et solidaire roule aussi vite qu’un peloton désorganisé. La gagne ne sera pas pour nous c’est sûr ! Des coureurs imposent un bon tempo mais pas assez fort et surtout pas assez nombreux pour combler ce retard.
Le juge de paix de cette épreuve, le col du Grand Sambuc, approche. Je me repositionne et suis le tempo imposé par les coureurs élites. Ce col monte en deux parties, dans la seconde je décide d’hausser l’allure et provoque une cassure, j’insiste et demande un relais. Nous rattrapons quelques coureurs du groupe de tête qui a complètement explosé ! Au sommet nous basculons à 4 avec plus de 2’ de retard sur la tête.
Encore 20 kilomètres avec un profil descendant pour rallier l’arrivée. Nous reprenons 3 coureurs à moins de 10 kilomètres de l’arrivée, nous commençons à mal nous entendre et chacun y va de son attaque ! Je reste vigilant et suis sans en faire trop. Je pense au dernier « coup de cul » un peu avant l’arrivée pour tenter ma chance.

Crédit Photo: SylvainSauvage13.com

Nous y voilà, je place un démarrage mais les gars sont là, nous basculons à 5. La flamme rouge, le sprint est inévitable, sur la piste d’athlétisme je sais qu’il faut rentrer en premier ou seconde position, je me replace mais le coureur qui me précède manque son virage à la sortie d’un rond-point ! Je me retrouve à combler un trou, l’entrée du stade : trop tard je le sais, je sprint mais doit me contenter d’une 12ème place (nous arrivions pour la 8ème ) mais tout de même 1er en Master 2.

Décidément un début d’année où je suis un peu à contre temps malgré de bonnes jambes. Encore un lot de consolation en gagnant ma catégorie…
La remise des prix se fera dans l’enceinte sportive du stade, avec malheureusement que les récompensés ou ceux qui sont restés au repas (payant en plus de l’inscription). Nous retiendrons une belle organisation, avec des personnes rôdées et très agréables. Dommage que le parcours ne présente pas plus de difficultés. Peut-être un point à changer pour les futures éditions…

Un grand merci à GranfondoFrance qui m’a permis de prendre part à cette épreuve. Sans oublier tous les partenaires du team sans qui nous ne pourrions obtenir ces résultats.

Retrouvez ci-dessous les différents classements des deux parcours :

Classement Provençale Sainte Victoire 134 kms 2019.
Classement Provençale Sainte Victoire 84 kms 2019.

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
%d blogueurs aiment cette page :