En ce second week-end de juin a eu lieu le 26ème Tour du Beaujolais, une épreuve Elite Nationale. Couru en 3 étapes sur 2 jours, elle totalise 281 kilomètres. 18 équipes de 6 coureurs sont engagées. C’est environ 124 coureurs au départ du fait de nombreux blessés ou forfaits de coureurs.

Cette épreuve est très vallonée nous pouvons même dire que la première et la troisième étape sont de véritables étapes de moyennes montagnes. Ce samedi 10 juin c’est déjà l’été avec une température avoisinant les 30°C ! Pour cette course j’opte pour une paire de roues en 30mm à boyaux de chez MG Tech Bikes. Montée avec des boyaux Hutchinson ProTour en 25mm pour la roue arrière et Reflex en 22mm à l’avant. Respectivement gonflé à 7,3 et 7 bars.

14h00 après la présentation des équipes, nous partons pour un départ fictif autour de la petite commune Fleurie.  Avec 132 kilomètres pour près de 2100m de dénivelé, je prévois 3h30 de course. Je prends donc une barre amande et une à la Spiruline plus un gel énergétique. Le départ réel sera arrêté du fait de certaines crevaisons. Comme de coutume sur les Elites Nationales, ça part à bloc ! Et ce pendant un très long moment, même le premier sprint intermédiaire vers le 15ème kilomètre ne favorisera pas une échappée, ni le premier col du jour. Il faudra attendre le second col peu avant la mi-course pour voir enfin un groupe se détacher. 6 hommes sont dorénavant échappés. Derrière le peloton roule vite, dans les cols suivants la sélection va s’opérer grâce à un très gros rythme. J’ai de bonnes jambes et parviens à rester au contact des meilleurs. Nous effectuons un premier passage sur la ligne avec un retard de plus d’une minute trente. A ma grande surprise je suis bien, j’ai de bonnes sensations ! Le dernier col va se monter très vite au pied sous l’impulsion des derniers coéquipiers restants qui propulsent leur leader en chasse. Je suis distancé mais sans m’affoler, je remonte petit à petit au train pour basculer avec ce groupe de chasse ! Ensuite c’est 10 kilomètres de descente et 1 de plat pour rallier l’arrivée. La descente n’est pas assez rapide ou technique pour tenter de sortir, je me replace en vue du sprint et du dernier kilomètre. Une chute aux 500m casse un peu notre groupe, j’évite celle-ci et viens cueillir une dixième place ! Mais surtout je termine 1er des coureurs 2ème catégorie ce qui me permet de porter le maillot rose des leaders de cette catégorie. Au général nous sommes 18 coureurs à 1’19 du vainqueur.
Après la cérémonie protocolaire, je rallie l’hôtel en faisant une séance de décontraction derrière la voiture en tournant bien les jambes pour éliminer les toxines.

Après une nuit assez courte où j’ai eu du mal à trouver le sommeil tout de suite, nous nous rendons sur la commune de St Georges de Reneins pour le traditionnel circuit de 12.7 kilomètres à effectuer 4 fois soit 50.8 kilomètres. Ce dernier ne comporte aucune difficulté hormis les 2/3 sur une route assez étroite où le placement est assez important. Hier nous avons eu 2 abandons au sein du Team, de ce fait ce matin la tactique est assez simple : pour moi rester dans le même temps que mes 2 rivaux sur ce classement 2ème catégorie. Comme toujours le circuit provoque des attaques mais rien de bien sérieux. En revanche c’est un stress permanent à chaque tour avant de rentrer sur la petite route. Nous sommes dans le dernier tour, tout se passe bien, j’ai un de mes coéquipiers qui me replace sur l’avant à l’abri des chutes.

Mais dans le dernier kilomètre, nous roulons à très vive allure pour tenter de reprendre un homme échappé, peine perdu ce dernier va remporter cette étape quelques longueurs devant le pack. Le sprint est lancé, sentant que ça frottait mais « mal », j’ai un peu rétrogradé quand je vois sur la gauche une grosse gamelle où mon coéquipier va littéralement sauter par-dessus les barrières de sécurités ! Je finis devant mes rivaux et préserve encore ma tunique rose qui de plus se marie bien avec les nouvelles couleurs du TeamChris-Net. En revanche pour mon coéquipier ce sera évacuation en ambulance vers les urgences pour des examens plus poussés qui, fort heureusement, ne décèlerons pas de de traumatismes.

L’après-midi, la troisième et dernière étape n’est pas très longue, 98.5 kilomètres mais 1750m de dénivelé. Surtout les côtes s’enchaînent sur le final avec très peu de portions plates. De plus la chaleur est encore plus présente que la veille avec presque 35°C ! Pour cette étape, je choisis de mettre mon maillot de corps Rosti qui agit comme un échangeur thermique et surtout fait circuler la transpiration, un peu comme un refroidissement liquide. Cette fois le fictif est long, un peu plus de 11 kilomètres, de quoi faire tourner les jambes et se préparer au départ réel qui va se faire à bloc ! Je reste attentif dans les premières positions du peloton. Je sais que tout va se jouer sur l’enchaînement des deux derniers cols en fin d’étape. Un groupe va parvenir à sortir, vite rejoint par encore 2 autres coureurs. Pour nous pas d’affolement.

Mais dans le second col, vers la mi-course, les attaques fusent, j’en suis et je me permets même de contrer certains coureurs. Au sommet nous avons fait une bonne sélection, nous ne sommes plus qu’une grosse vingtaine mais hélas, personne ne veut vraiment prendre en main ce groupe et de ce fait nous reformons rapidement un peloton d’une grosse cinquantaine d’unité. Au niveau des coureurs 2ème catégorie, je ne les vois plus, je commence à me dire que si je termine dans ce gros groupe c’est tout bon pour moi ! Dans l’avant dernier col, je parviens à rester au contact des meilleurs, nous ne sommes plus qu’une dizaine il faut rouler mais encore une fois l’écart est trop faible et nous reformons un peloton mais moins conséquent. A l’avant le groupe a explosé et nous reprenons quelques coureurs. Dans le dernier col le tempo n’est pas si élevé, mais je sens les crampes qui viennent. Je me ravitaille d’un gel Last 20’, je bois et tourne les jambes le plus possible sur ces portions descendantes. Nous sommes dans la cote finale je n’ai plus de jambes, le groupe explose suite aux différentes attaques, je ne parviens plus à rester au contact, je dois me contenter de monter à un rythme très faible, je suis à peine à 280W !

Je franchis la ligne en 24ème position exténué remplis de crampes à plus d’1’30 de mon groupe initial ! En revanche le Job est fait pour le maillot rose de leader des coureurs 2ème catégorie !

Je suis donc une nouvelle fois invité sur le podium protocolaire pour chercher mon maillot final avec forcément un magnum de Beaujolais ! Je rétrograde à la 15ème sur le classement général final.

J’ai vraiment passé un excellent week-end sur ces routes du Beaujolais qui m’avait déjà un peu réussi il y a 3 ans. Ramener un maillot est toujours plaisant ! Je tiens à remercier mes partenaires qui m’aident, croient en moi et sans qui je ne pourrais pas avoir ce matériel idéal pour courir à un tel niveau : Alpin’s Wheel ; Rosti ; ON-Energy ; Cycles Tyres ; Hutchinson  plus ceux que je n’ai pas cité car non présent à mes côtés ce week-end mais présent sur d’autres épreuves dans la saison.

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
%d blogueurs aiment cette page :