La marque californienne Osprey qui a déjà fait son chemin dans le domaine du trail et de la randonnée, débarque dans le monde du cyclisme avec des sacs à dos conçus pour cette discipline. Ainsi ils proposent plusieurs sacs à dos :
Les Syncro (20, 12, 5L) ; les Sylva (12 et 5L) ; les Raptor (14 et 10L) ; les Raven (14 et 10L) ; les Katari (7, 3, 1.5L) et les Kitsuma (7, 3, 1.5L).
La gamme est large et chaque sac a une destination définie, nous avons eu le Raptor 10 en test, qui est orienté pour une utilisation VTT, gravel.

Présentation

Comme son nom le laisse sous-entendre, le Raptor 10 a un volume de 10L. Mais il a surtout de nombreuses poches avec chacune un usage ou fonctionnalité précise.
Ainsi nous avons 7 poches sur ce sac. Une poche d’eau de 2.5L est également inclus avec un tuyau d’hydratation qui se fixe via un aimant sur la boucle de maintien de la poitrine.
Le Raptor 10 a des dimensions correctes pour le rendre facilement portable et agréable à porter. Comptez un peu moins de 800gr pour le poids du sac vide.
Détaillons un peu ces poches :

  • Une placée sur le bas du sac est destiné à l’outillage avec des compartiments permettant de ranger proprement votre multi outils, une chambre à air, des démonte-pneus et autre matériels utiles aux réparations de fortunes.
  • Une poche à l’intérieur du sac pour loger la poche du réservoir liquide
  • La poche principale suffisamment grande pour loger quelques équipements chauds, votre appareil photo, votre en-cas (pour une sortie de 24h)…
  • Sur le dessus du sac, une petite poche avec un compartiment pour portefeuille ou smartphone. À noter que celle-ci a un revêtement interne anti-rayure ! Plus une attache pour les clefs afin de ne pas les perdre.
  • Sur l’extérieur du Raptor 10, une poche filet ou une veste Gore-Tex trouvera idéalement sa place.
  • Sur les sangles de maintiens des hanches, une poche de chaque côté pour ranger une barre énergétique ou gel d’endurance par exemple.
  • Enfin le casque vient se fixer sur le sac via un système propre à la marque appelé LidLock.

Comme vous pouvez le lire et le voir, il a été conçu pour un usage d’une sortie longue ou un mini-raid d’une journée. Voyons à l’usage si toutes ces poches sont pratiques et surtout si ce sac est confortable.

Test routier

C’est donc sur un petit raid d’une journée en gravel que nous avons testé le sac Osprey Raptor 10. Nous avons mis dans la poche principale un maillot manche longue, notre appareil photo (avec gros zoom), notre repas du midi et remplis le réservoir complet de ses 2.5L. Sur la poche du dessus, notre smartphone et les clés de la voiture. La poche est bien pensée, les clés ne viennent pas heurter l’écran du smartphone et donc aucun risque de retrouver celui-ci fissurer. De plus la surface interne de la poche est anti-rayure encore un gage de sécurité pour votre écran.
Au niveau de l’outillage, nous avons pris une chambre à air, une mini-pompe, les démonte-pneus et notre multi-outils. Tous ces éléments ont trouvé logiquement leur place dans les petits compartiments de la poche d’outillage.
Lors de notre crevaison, nous avons posé le sac au sol et ouvert la poche pour accéder aux outils. Celle-ci se déplie comme un tapis et permet de ne pas laisser trainer ses outils dans la poussière et l’herbe, bien vu !
La poche filet est accessible sans retirer entièrement le sac, parfait pour récupérer la veste rapidement si le temps devient menaçant.
Le bouchon du tuyau d’hydratation est bien étanche, même après avoir bu, vous n’avez pas de gouttes qui viennent couler sur votre poitrine. En revanche le maintien du tuyau par aimant n’est pas idéal sur des terrains bosseler. Le tuyau ne reste pas en place et vous devez régulièrement le reclipser.
Le point fort du Raptor 10 est son dos ventilé et son volume inversé ! En effet le plus gros du volume se trouve sur le haut du sac ce qui équilibre le poids sur tout votre dos. Les bretelles se règlent facilement tout comme les sangles de la taille et de la poitrine (élastique celle-ci). Le sac parvient même à se faire oublier au bout de quelques heures et d’habitudes.

Conclusion

Osprey a réalisé un sac idéal pour ceux qui désirent partir à la journée avec un minimum d’outillages, de rechanges et autonomie alimentaire.

Le prix de 130€ sur le site de la marque californienne ne nous paraît pas excessif en vue de ses nombreuses fonctionnalités et sa conception orienté VTT, gravel. Il peut aussi s’emmener sur vos sorties routes mais rare sont les purs routiers à rouler avec un sac à dos…

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
%d blogueurs aiment cette page :