Lightweigtht, un nom qui fait rêver la majorité d’entre vous. En effet les allemands se sont fait connaître avec leurs roues entièrement en carbone. Les premiers à avoir sorti une paire à moins d’un kilogramme à la fin du XXème siècle! Une époque où même les grands noms du cyclisme s’achetaient ces roues et les désticker pour rouler avec, et ce  malgré leurs contrats sur les différentes compétitions. Mais depuis quelques temps, Lightweight s’est lancé dans la conception de leurs vélos. Ainsi ils ont créé des cadres pour une association parfaite des deux, voire même pour que ceux-ci soient plus efficaces avec leurs roues qu’avec des roues d’autres fabricants.

Présentation

Urgestalt, qui signifie textuellement archétype, est donc le nom du cadre haut de gamme de chez Lightweight. Pour la marque, c’est le modèle idéal pour exploiter leurs roues, nous verrons cela lors de nos essais.
Ce cadre est un tout carbone HM, il associe un poids très léger mais aussi un excellent confort et une bonne nervosité. Le but annoncé par les allemands est d’ absorber au mieux la puissance développée par le cycliste et la transmettre aux roues sans la moindre perte. Tout un programme !

Notre modèle d’essai est équipé avec le groupe américain Sram eTap hydraulique. Les périphériques et le pédalier sont des FSA extralight, que nous vous avions déjà présenté par le passé, qui assurent un gain de poids. La selle est une Becker Carbon à seulement 57gr (modèle Typen Road) ! Pour les roues, forcément des Lightweight, des Meilenstein à boyaux. Ainsi nous avons un vélo complet sans pédales à seulement 6,4 Kg !
A première vue, le cadre propose un tube oblique de gros diamètre pour une grosse rigidité. De plus celui-ci n’est pas cylindrique, il a une forme légèrement hexagonale. Les haubans ont été rallongés pour plus de confort, la fibre de carbone a aussi été modifiée toujours dans cette même optique. Enfin la fourche a été renforcée pour supporter les gros freinages et filtrer les aspérités de la route.
Bien sûr les gaines hydrauliques de freins sont intégrées dans le cadre. Ce dernier est aussi prévu pour un montage de groupe mécanique ou électrique à câble ce qui laisse des passages internes bouchés avec des caoutchoucs aux logos de la marque très bien finis !
L’écriture du cadre Urgestalt est noire brillante sur un noir mat. Très sobre et discret si bien qu’en fonction de la lumière vous ne parvenez pas à la voir ! Mais rassurez-vous, il existe plusieurs versions de finitions. En parlant de celle-ci, rien à redire ! Au contraire nous sommes bien en présence d’un vélo allemand haut de gamme où la « Deutsche Qualität » est bien présente, tout est soigné ! Avec une fiche technique aussi pointue et riche, nous avons hâte d’effectuer les essais.

Essais routiers

C’est en Italie, plus précisément à San Remo et son arrière-pays que nous avons effectués la majorité de nos tests. Avant de monter sur le Lightweight, la selle paraît d’un confort spartiate surtout qu’elle n’a pas de rails ! Mais très vite vous arrivez à retrouver votre assise et finalement un très bon confort.
Les poignées hydrauliques du Sram eTap sont un peu plus longues que les classiques. Ce qui perturbe un peu la prise en main des cocottes mais très vite vous ne faites plus attention. Les roues hautes Meilenstein font toujours un son particulier très grisant. Plus vous entendez cette sonorité, plus vous avez envie de rouler fort; attention à ce petit jeu de ne pas vous retrouver en sur-régime à peine parti !
Dans nos tests, nous avons effectué de longs cols où l’Urgestalt s’est révélé être un excellent grimpeur et ce malgré les roues hautes. Pour rappel les Meilenstein font 47,5mm de profil pour seulement 1100gr la paire !
Dès que vous vous mettez en danseuse, le vélo répond comme un boomerang et renvoie aussi violemment que nerveusement votre force. La rigidité du cadre et son boîtier de pédalier au format BB386 permettent de transmettre toute la puissance aux roues. Rien ne se dissipe et c’est un plaisir d’alterner les passages assis au train et en danseuse ! Plus vous mettez de la vélocité, plus vous avez la sensation d’être « poussé ». En danseuse, les Meilenstein avec leur grande rigidité vous propulsent vers l’avant en vous incitant à tomber les dents!
Quant à l’avant, la fourche n’oscille absolument pas et ce n’est certainement pas la roue qui va flancher ! Vous avez là encore une précision et une rigidité exceptionnelles. Les axes traversant de 15mm à l’avant et de 12mm à l’arrière viennent encore accroître la rigidité de l’ensemble sans pour autant sacrifier le confort.
Sur le plat, les relances sont très vives et réactives. Vous êtes tout de suite dans le rythme, un œil sur le compteur, les chiffres grimpent tout seul (ou presque). L’excellente inertie des roues et la faible masse de l’ensemble permettent d’avoir un facteur d’accélération très élevé !

Enfin dans les descentes, les disques autorisent des freinages plus tardifs avec une plus grande maîtrise de la puissance. De plus vous pouvez enchaîner de très gros freinages sans risque de faire chauffer la colle du boyau et de déjanter ! Mais surtout le cadre a une géométrie étudiée pour descendre vite et avec une grande précision. Là où habituellement les roues Lightweight sont réputés pour sous-virer, l’Urgestalt « tolère » très bien celles-ci pour conserver une grande précision ! Les relances sont fabuleuses, il faudra bien mettre votre buste vers l’avant pour plaquer l’avant du vélo au sol, autrement il a tendance à se cabrer du fait de sa faible masse.

Conclusion

Certes l’Urgestalt est un vélo très haut de gamme, qui ainsi équipé avoisine la douzaine de milliers d’euros ! Mais pour ce prix vous avez là tout le savoir-faire et la finition très pointue des allemands. Le Sram eTap n’est plus à présenter et fonctionne à merveille. Le freinage est excellent et saura vous mettre en confiance. Attention sur route mouillée car la puissance de freinage reste quasiment identique mais pas l’adhérence au sol ! Seul bémol lors d’un changement de roues ou après rangement dans une housse, il faut bien recentrer la roue dans l’étrier pour éviter que le disque ne vienne frotter la plaquette et offrir un freinage permanent non désiré ! Enfin les équipements issus du catalogue FSA finissent soigneusement cet ensemble.
Nous avons réalisé plus de 1000 kilomètres sur ce vélo exceptionnel sans jamais avoir ressenti un inconfort ou une intolérance. Même quand vous n’êtes pas en forme, le Lightweight Urgestalt ne vous en tiendra pas rigueur au contraire, il saura vous aider.

Nous tenons à remercier les cycles Golden Cycles à Golfe-Juan Vallauris qui nous ont fait gracieusement confiance pour ce prêt et réaliser ce test. Une équipe que nous vous conseillons d’aller rencontrer en visitant leur magasin. N’hésitez pas à mentionner que Bike-Vélo-Test vous les a recommandés, vous n’en serez que mieux accueilli !

 

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
%d blogueurs aiment cette page :