C’est lors de la présentation officielle de son nouveau Reacto 3 au Merida Experience Center, à Apeldoorn, aux Pays-Bas que la marque taiwanaise nous a permis de tester ce vélo aéro. Et le mot n’est pas anodin au contraire ! Tout a été conçu sur ce vélo pour avoir le meilleur Cx possible et ainsi accroitre le rendemen. Présenté sur Vélo101 dans les grandes lignes, nous allons tester si tous les dires du constructeur sont présents.

Présentation

Le Reacto 9000 est équipé en Sram eTap et freins à disques. Les disques sont assez conséquents avec leurs diamètres de 160mm. L’équipementier américain a placé de petits dissipateurs de chaleurs qui font perdre quelques dizaines de degrés. Mérida avait déjà implanté sur la base du Scultura ces petits radiateurs. Le Reacto 3 versions disques est donc muni de refroidisseurs avant et arrière.

Le Reacto a été lancé en 2011 la version 3 est est un des plus aérodynamiques du marché. Tout est orienté vers ces fameux gains. Ainsi on retrouve un ensemble cintre/potence unis le Metron 5D issue du catalogue de son équipementier Vision. Mais la tige de selle n’est pas en reste avec un profil aéro et son insert en élastomère, le S-Flex, qui procure (selon le constructeur) un gain de 24% en confort vertical. A vérifier sur les tests terrains.

Le cadre ne fait pas dans la légèreté mais n’accuse que 1667gr pour le kit complet (cadre-fourche-tige de selle), ce qui reste assez faible pour un vélo aussi typé aéro. Mérida annonce un gain de 5% par rapport au modèle antérieur ce qui fait ainsi gagner 18,1 watts à 45 km/h à Vincenzo Nibali (qui a aidé à développer ce cadre). Cependant les gains commencent plus bas, aux alentours de 25, 30 km/h… ainsi pour la même puissance développée vous passez de à 30,7 km/h à 31,12 km/h. Ce qui sur une boucle de 65 km fait un gain de 1minute et 41 secondes. Ce n’est pas rien d’autant plus si l’on extrapole sur plus de 150 kilomètres…

Le Reacto 9000 est issue du kit CF4, comprenez le cadre typé compétition avec une douille plus courte, un tube horizontal large pour augmenter le reach du cadre. Pour notre test nous avons choisi un cadre S. Les roues sont des Visions 55SL à pneus.

Essai routier

C’est donc sur les routes hollandaises que nous effectuons ces tests. Cela tombe bien car le profil de la région est idéal pour un vélo aéro. Comprenez pas de grosses bosses, juste du plat, du vent et des passages en forêt ! La première impression est la rigidité du vélo, comme une sensation d’avoir chevauché un vélo de CLM ! Le vélo est dur à emmener sur ces premiers tours de roues. Les Visions accentuent cet effet avec leurs hauts profils. En revanche la tige de selle apporte effectivement un certain confort.
Une fois sortie de la ville est pris un rythme de croisière un peu plus conséquent, le Reacto 9000 vous incite à accélérer. Il devient même obligatoire d’actionner les deux leviers du Sram eTap pour passer la plaque ! Un œil sur le compteur, plus de 33km/h ! Docteur je n’ai pas encore appuyé sur les pédales ! Ceci est dût à sa grande rigidité et le fait que ce dernier soit très aérodynamique. On sent qu’il veut littéralement fendre l’air. C’est un plaisir de rouler avec sur des longues portions plates. Le vent de face ne devient presque plus un problème, de côté en revanche on ressent une bonne prise au vent. Il faut donc tenir fermement le cintre Vision metron 5D pour ne pas se faire balayer. Le freinage à disque a comme particularité de freiner fort et ce même sous la pluie. Comme nous sommes en hollande forcément il pleut ! Idéal encore une fois pour un test de ce freinage. Et là rien à redire, le vélo s’arrête comme si vous étiez sur un sol sec. Attention cependant à bien choisir vos pneumatiques et la pression. Notre reacto 9000 était monté en Continental Grand Prix SII en 25mm, des valeurs sûres !
Avec un tel vélo, l’envie de faire des sprints est plus forte que la raison. C’est donc une batterie de sprints sur différents braquets que nous allons effectuer. Sur les sprints lancés, le reacto 9000 conserve sa ligne et vous renvoi avec un certain rebond qui permet d’accroître sa vitesse aisément. Sur des départs arrêtés, il est plus dur de l’emmener mais nous ressentons que rien ne bouge, le vélo ne se plie pas au contraire il encaisse. Puis une fois lancé vous retrouvez les mêmes sensations que sur les sprints lancés.
Nous avons réussi à trouver une légère bosse pour tester ce Merida en ascension et en descente. Sur de faibles pourcentages, il sera un allié mais dès que la route s’élève de trop, le Reacto 9000 devient inerte et dur à emmener. En descente, nous l’avons trouvé très réactif et précis, sa douille courte et conique associé à son cintre très rigide ne sont pas étranger à cela. Encore une fois les disques rassurent sur des freinages tardifs. Les disques en 160mm procurent une grosse puissance de freinage. Attention cependant à ne pas bloquer la roue avant, l’adaptation à ce type de freinage demande un certain temps.
C’est aussi cela qui nous amène au point négatif, où les disques viennent « lécher » les plaquettes sur les grosses relances ou sprints. Forcément si le disque touche la plaquette, il y a freinage et donc une perte de vitesse. Un point à revoir sur un vélo qui cherche à être le plus rapide du marché…

Conclusion

Le Merida Reacto 9000 est un vélo très aérodynamique relativement rigide mais tout en conservant un certain confort. Ce vélo sera un excellent allié sur des courses à profils plats ou légèrement accidentés. En revanche, il sera certainement plus dur à emmener au sommet de grands cols. Mais une fois au sommet vous pouvez totalement vous lâcher dans la descente et profiter de sa précision associée à sa puissance de freinage !

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis

2 commentaires

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :