L’Arvan Villards rebaptisé cette année Trilogie de Maurienne reprends sa formule classique sur 3 jours avec les deux premiers jours, un chronométrage sur les portions de montées et le 3ème jour une cyclosportiove calssique avec un grand et un petit parcours. Les deux premiers jours sont identiques aux années précédentes avec une arrivée au sommet du col de la Madeleine et le lendemain au sommet du légendaire Galibier. Comme chaque année, le troisième jour voit son lieu de départ/arrivée dans une nouvelle commune de Maurienne. Cette année ce sera Saint Sorlin d’Arves.
Je prends la décision de venir sur cette trilogie au dernier moment en guise de préparation pour la Grande Prémio de Portugal Nacional 2.2 qui débute dès mercredi prochain 18 juillet.
Épreuve de haute montagne, j’opte pour du matériel très light, mon Officine Mattio sur -mesure équipé en Sram eTap. Ma paire de roue carbone light (déjà utilisé sur la Bouticyle Aigoual la semaine passée).

Vendredi 13 juillet Trilogie de Maurienne #1

Photo: @LVO

Une matinée déjà inondé de soleil, où les lacets de Montvernier vont nous offrir un beau spectacle. Après le départ fictif, nous sommes lâchés au pied de ceux-ci. Des coureurs font le départ, je ne m’affole pas et observe les forces en présence et notamment ce Belge vainqueur l’an passé (résumé de l’Arvan Villards 2017) et qui ne roulait jamais… La chasse est assurée sur un bon tempo, je me contente de suivre, et de prendre les relais. A peine sorti des lacets et encore dans le col du Chaussy, regroupement en tête Nous sommes une dizaine. La descente est très technique, j’anticipe en accélérant au sommet et entame cette descente en tête. Je veux faire bouger les favoris en les obligeant à aller me chercher. Mais je manque un virage, heureusement sans tomber, les gars me redoublent. Tout de suite je me reconcentre et repasse en tête, plan inchangé !

Photo: @granfondoworldtour

Au pied de la Madeleine, j’ai environ 20’’ d’avance. J’attaque le pied très fort (je signe même le meilleur temps sur Strava !), l’écart grimpe. Derrière la chasse est lancé, le groupe explose et je vois un homme (dont j’avais deviné que ce sera un grand concurrent !) qui tente de combler le trou. Hélas la chaleur est déjà bien présente et la courte nuit me pèse dans les jambes, les crampes arrivent…
Ce jeune Norvégien me reprend, nous continuons ensemble mais derrière le Belge a mis en route. A 5 kilomètres du sommet, nous formons un trio. Décidemment chaque année, je craque à la sortie de Saint François Longchamps et vois les deux filer.

Photo: @granfondoworldtour

Je termine 3ème à 52’’ du vainqueur (forcément mon ami Belge…)
Les classements de cette première journée ci-dessous :

               http://www.challengecyclotour.com/wp-content/uploads/2018/07/TDM_Classement_Vendredi13Juillet2018.pdf

Samedi 14 juillet Trilogie de Maurienne #2

Nouveaux départ fictif en direction du col du Galibier par Saint-Michel de Maurienne. Mais cette année celui-ci sera beaucoup plus rapide, de quoi effectuer un bon échauffement. En revanche le départ sera lancé plus loin que les années précédentes déjà sur les pentes du col du Télégraphe. Les principaux protagonistes de la veille sont là et d’autres sont venus s’ajouter pour le week-end.

Photo: @granfondoworldtour

Comme la veille les mêmes coureurs lancent les hostilités, pas d’affolement, nous grimpons tout de suite sur un bon rythme à environ 5W/kg. A mi- pente je décide de revenir sur le trio de tête, mon accélération va éclater notre groupe pour nous retrouver plus qu’une douzaine. Mais après la bascule personne ne prends l’initiative de rouler, si bien que derrière certains reviennent. A la sortie de Valloire, dans les pentes les plus fortes je relance l’allure mais la longue transition jusqu’à Plan Lachat, qui marque le vrai début du Galibier, sera « neutralisé ». En effet malgré le vent de dos, personne ne veut rouler et impossible d’organiser des relais. Je m’énerve si bien qu’à 700m de ce fameux virage à droite, j’accélère à plus de 300W ! Nous ne sommes plus que 5, virage à droite, j’accélère, 360W personne ne me suis ! Pas d’hésitation je connais ce col et je sais que chaque effort peut se payer « cash » !

Photo: @granfondoworldtour

Je régule mon allure, je profite des épingles pour observer l’arrière, forcément je vois le vainqueur de la veille qui est à bloc pour revenir. Encore une fois, mes jambes ne sont pas au mieux, il me reprend à 4 kilomètres du sommet et profite du léger replat pour me passer très vite. Surpris je réagit à contre -temps. Il temporise devant moi à seulement 20’’, j’hésite à faire le “jump”. Mais à cette altitude j’ai peur (oui il faut savoir reconnaitre ses tords ou être franc) et me contente de rester sur mon tempo…
Second au sommet, déçu d’autant plus que nous sommes le 14 juillet et que je n’ai pas tenté.
J’ai déjà le regard sur le lendemain où je n’hésiterai pas.
Les classements de la seconde journée ci-dessous :

               http://www.challengecyclotour.com/wp-content/uploads/2018/07/TAV_Classementfinal_Samedi14Juillet2018.pdf

Dimanche 15 juillet Trilogie de Maurienne #3

Nouveau parcours, seulement 128 kilomètres mais 3630m de dénivelé positif ! Cette fois mon plan de course est clair, dans la montée de la Toussuire je dois attaquer et aller chercher la première place au général ! En revanche la météo n’est pas très optimiste en ce début de matinée. Le ciel est menaçant, je prends le soin de réajuster la pression de mes boyaux à 6,7 pour l’arrière et 6,5 bars à l’avant.

Photo: @granfondoworldtour

En ce dernier jour je décide aussi de changer de tenue et mettre celle d’ambassadeur de Bike’n Connect, à fort dominant noir pour encore accentuer mon côté attaquant et offensif de la journée !
8h30, nous sommes lâchés au milieu du col de la Croix de Fer, le départ est très rapide avec l’innovation 2018 des manches du Challenge Cyclo Tour, où le premier qui franchit le 3ème kilomètre gagne un prix ! Au sommet, nous ne sommes plus qu’une petite quinzaine, et les premières gouttes de pluie font leur apparition. On enchaine sur le col du Glandon et sa descente très technique, un coureur anglais entame celle-ci avec quelques secondes d’avance. La route est mouillée, je descends dans les premières positions. Puis je prends les commandes, à ma grande surprise en bas nous ne sommes plus que 8, en revanche l’homme de tête a profité d’un « embouteillage » entre camping-car pour creuser un bon écart sur nous. Dans la vallée, chacun prend ses relais mais je sens que nous ne sommes pas très efficaces. Et en effet le reste du groupe reviens dès le pied du col du Mollard. Ce dernier va se monter au train. Je juge un peu le groupe et surtout mes adversaires Belge et Norvégien. Tout le monde attend et crains la longue montée vers la Toussuire par Jarrier (17 kilomètres à 6,1% de moyenne).

Photo: @granfondoworldtour

Nous y sommes, l’homme de tête lui ne s’est pas posé de question et possède 4’ d’avance ! Les hostilités commencent après 3 kilomètres d’ascension. Je décide de faire la « guerre », j’attaque, mes deux concurrents directs sortent de leur réserve, je me relève. Nous sommes 3, le reste du groupe va nous laisser (involontairement) nous expliquer. Je repars, retour au train du duo, j’en remets et encore mais toujours ce retour au train sans s’affoler… On verra plus tard, je demande que nous allions nos forces pour revenir sur l’homme de tête. Nous roulons bien, l’écart fond à 2’ rapidement. Mais d’un coup ils ne me relayent plus, sans raison ! J’insiste je tente de les forcer à passer mais rien, je redémarre mais ils parviennent à revenir toujours sous le tempo du Belge.
Si eux court pour le général ou la seconde place, moi non et du coup j’assume la poursuite flanquée des deux dans ma roue ! Au sommet la jonction est faite, hélas mal aiguillé nous nous retrouvons en plein milieu de la rue piétonne de la station des Sybelles ! Après un peu de slalom entre les piétons et les barrières nous sommes à nouveau sur le parcours. La descente est dangereuse et en mauvais état, en plus nous n’avons pas de voiture ni de moto ouvreuse.

Photo : @granfondoworldtour

Le Norvégien ne réfléchis pas et descends tambour battant ! En 4ème position, je vois que les 2 autres ne parviennent pas à suivre ses trajectoires, le temps de les doubler, il a déjà 10’’ d’avance. Il l’a vu et insiste. Dans les trous et les graviers, je me faufile pour tenter de combler, le Belge dans ma roue tombe violemment et manque de m’emmener dans sa chute ! Un peu refroidi je descends plus prudemment. Au pied de la longue remontée vers Saint Sorlin d’Arves, j’accuse un peu plus de 30’’ de retard. Je tente de refaire mon retard mais je paye la poursuite de la montée précédente et doit me contenter d’un petit tempo. L’écart ne fera que s’accroître si bien que je termine encore second mais avec presque 4’ de retard…
Ce qui finalement me replace 2ème de cette trilogie de Maurienne 2018.

Certes je suis déçu de mon résultat, mais en venant sur cette belle épreuve au dernier moment sans préparation spécifique, une seconde place est tout de même jolie. D’autant plus que j’ai tenté de bouleverser ce classement sur la dernière étape et donc ne pas avoir de regret… En lot de consolation je retrouve le maillot de leader du Challenge Cyclo Tour Rotor.

Photo: @granfondoworldtour

Les classements de la troisième journée et du général de cette trilogie ci-dessous :

               http://www.challengecyclotour.com/resultats/

Encore une fois un merci à mes partenaires pour leur soutien, toute l’équipe de LVO pour ses qualités d’organisation et leurs professionnalismes dans les chronométrages. Les repas toujours agréables après ces belles courses et tous les bénévoles sans qui ces manifestations seraient impossible à faire.

 

 

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes déjà inscrits, connectez-vous. Pour les nouveaux utilisateurs vous pouvez vous inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
%d blogueurs aiment cette page :